fbpx

Sous-total: 0,00


Votre panier est vide.

Sélectionner une page

Pégase est 100% “Made in France”… et donc ?

Les médias semblent unanimes : « 75% des français se disent prêts à payer plus cher pour acheter français et soutenir l’industrie nationale ». Pour répondre à cette attente, l’Etat a même créé le label « Made in France » dont on a beaucoup entendu parler ces dernières années.

Mais pour dépasser le discours trop souvent « politico-marketing » autour du Made in France, le plus simple reste encore de recueillir l’avis de ceux qui ont fait le choix de produire en France.

Rencontre avec la société d’électronique Garos Electronique qui fabrique les boîtiers Pégase de SMT Performances depuis ses débuts.

Romain FINAT, Ingénieur Commercial à Garos Electronique

Bonjour Romain. Pourriez-vous nous présenter Garos Electronique en quelques mots ?

Romain Finat : Avec plaisir. Garos Electronique est une entreprise spécialisée dans l’assemblage électronique, de la fabrication de la carte électronique jusqu’à son intégration. Installée en Loire Atlantique depuis 2001, la société est composée d’une trentaine de personnes pour qui le service client est une vraie priorité.

Vous êtes situé en France, mais est-ce que cela signifie forcement que votre production est 100% « Made in France », ou bien reste-t-il une part de « Made in ailleurs » ?

Notre production est 100% Made in France : nous y sommes attachés et nous en sommes fiers. En revanche, le marché de l’électronique nous impose de nous procurer les composants là où ils sont fabriqués, et donc pas forcément en France. Mais même dans ce cas, nos interlocuteurs ont pour la plupart des bureaux en France.

Pégase entre les mains expertes de Garos Electronique

Avez-vous déjà pensé à délocaliser une partie de votre production ?

Oui, nous avons même tenté l’expérience il y a plusieurs années. Mais rapidement nous avons compris qu’il s’agissait d’une mauvaise solution car très peu pérenne. Nous sommes alors vite revenus en arrière avec des solutions locales de services et de proximité, qui elles, ont toujours fait leur preuve.

Une dernière question qui est le fantasme de nos politiques : savez-vous si certains de vos clients qui produisent du « Made in France » exportent en direction de la Chine ou d’un autre pays asiatique ?

Je vous confirme, ce n’est pas un fantasme mais bien une réalité ! Nous avons plusieurs clients qui font du Made in France et qui exportent en Asie, notamment pour les produits innovants et ceux qui s’appuient sur l’image de la France en Asie.

Sami MIMOUNI, fondateur de la société SMT Performances qui commercialise Pégase,un boîtier connecté pour moto qui cumule les fonctions d’antivol, chronomètre et traceur GPS.

Développer sa propre technologie requiert quelques prototypes…

Bonjour Sami. Saurais-tu nous dire ce qui t’a donné envie de travailler avec Garos Electronique lors de la création de SMT Performances ?

Sami Mimouni : Cela s’est fait assez naturellement en fait. Je cherchais un partenaire avec qui développer le premier prototype et avoir aussi son retour d’expérience, et on m’a recommandé Garos Electronique avec qui le feeling est très bien passé tout de suite.

Donc au final ce n’était pas juste pour le label « Made in France » ?

À vrai dire, je ne connaissais même pas le label quand j’ai commencé à travailler avec Garos ! Je suis ingénieur de formation alors pour moi la notion « d’argument marketing » ce n’est absolument pas quelque chose qui me vient en tête quand je travaille sur le développement de mon produit.

Mais au-delà du concept marketing du « Made in France », tu sembles néanmoins attaché à ce label ?

Bien sûr, mais pour plein d’autres raisons !

Et quelles sont ces raisons alors ?

Tout d’abord, c’était pour moi la certitude d’avoir un produit de qualité dont je maîtrise la fabrication de A à Z. C’est encore une fois probablement mon côté ingénieur qui veut ça, mais je voulais impérativement m’assurer que mon produit serait en tout point conforme à ce qui se fait de mieux, car n’oublions pas que le boîtier Pégase se connecte sur la batterie d’une moto, donc on parle de sécurité pour l’acheteur, mais aussi pour tous les autres usagers de la route !

Tu veux dire qu’on prend un risque en équipant sa moto de produits qui viennent de Chine ?

Non, on ne peut pas dire ça. Si ces produits sont vendus en France, c’est qu’ils répondent à la norme CE, et donc a priori ils sont tous sans risque. Mais par contre, leur fiabilité est souvent critiquable. Quand on commande des milliers d’exemplaires fabriqués en Chine, il y a souvent un pourcentage d’entre eux qui vont moins bien fonctionner car les méthodes de production là-bas sont plus aléatoires d’une série à une autre. À l’inverse, nous maîtrisons totalement la production de Pégase puisqu’elle se fait à quelques kilomètres de mon bureau ! Récemment, ça nous a permis de modifier certaines choses sur le boîtier pour obtenir la norme automobile ECER10 que nos concurrents n’ont pas, par exemple.

À gauche Romain Finat, et à droite Sami Mimouni

Puisque tu évoques tes concurrents, je n’ai pas l’impression qu’ils raisonnent tous comme toi…

(Rires) Oui je vois à peu près à qui vous pensez… Je ne critiquerais pas leur choix, et encore une fois il est possible que 100% de leurs produits soient de qualité, même si leur technologie est achetée « toute faite » depuis la Chine. En revanche cela nous donne un avantage par rapport à eux : on peut faire évoluer notre boîtier beaucoup plus vite, et beaucoup plus facilement.

Tu as parlé tout à l’heure des « autres raisons » qui t’ont poussé à produire en France mais tu n’en as évoqué qu’une seule pour le moment : quelles sont les autres ?

La seconde raison qui me vient en tête est très simple : j’ai besoin de rencontrer et connaitre les gens avec qui je travaille ! Le boîtier Pégase, c’est encore un peu mon bébé, je ne peux le confier qu’à des gens en qui je peux avoir confiance et avec qui j’entretiens de bonnes relations, tout simplement ! Et puis, je suis content de me dire qu’à ma petite échelle je profite à l’économie française… Face au problème du chômage ou du pouvoir d’achat, produire en France c’est s’investir pour améliorer les choses, petit à petit. Et puis si en plus cela évite à des cargos de traverser la planète pour m’amener mes produits, c’est encore mieux ! Au final le choix du Made in France, c’est 5% de marketing pour 95% d’humain.

Article publié par Guillaume de SMT Performances le 09/04/2019

Vous avez aimé cet article ?
Pour être tenu au courant des prochains, suivez-nous sur les réseaux sociaux ou abonnez-vous à notre newsletter :